FUTSAL – B. SUBRIN : « JE N’AI PAS HESITE LONGTEMPS… »

Publié le 05/11/2021

DEPUIS CETTE SAISON, BENOIT SUBRIN FAIT PARTIE DU STAFF DE L’EQUIPE DE FRANCE U19 DE FUTSAL.
UNE CONTINUITE LOGIQUE ET UNE RECOMPENSE POUR L’INVESTISSEMENT DU CTD DU DISTRICT DE LYON ET DU RHONE DANS LA DISCIPLINE, DONT LE RHONE EST TOUJOURS LE LEADER NATIONAL EN NOMBRE DE LICENCIES.

Benoît, tu as intégré le staff de l’équipe de France U19 de futsal en début de saison. Comment es-tu arrivé à ce poste ?
(Rires). C’est une bonne question car ça n’est pas quelque chose à quoi on pense forcément. J’imagine que mon profil coche certaines cases par rapport aux attentes qu’ont Clément Lerebours, le sélectionneur, et Pierre Jacky, le responsable des sélections pour ce poste. Cela fait maintenant dix ans que je m’implique dans le développement du Futsal dans notre district sur des sujets comme la formation, les pratiques jeunes, le plan de performance et la structuration de nos clubs. J’ai également suivi la formation du futsal performance dispensée par la DTN qui m’a permis de me perfectionner sur l’activité et de côtoyer le sélectionneur des « A » de l’époque, Pierre Jacky, et ceux des U19 et des U21, Raphaël Reynaud et Pierre Etienne Demilier, ainsi que Thomas Bartolini, mon collègue CTD de l’Isère. J’ai par la suite été sollicité régulièrement pour participer aux tests d’entrée et aux certifications du BMF futsal. Probablement aussi que le fait d’être issu du premier district de France en nombre de licenciés a aidé, tout comme celui d’être en proximité du pôle France basé au lycée Saint-Louis Saint-Bruno et de clubs comme l’OL ou le GOAL FC qui alimentent régulièrement la sélection U19.

Quelles ont été tes motivations à franchir le pas ?
Pour être très franc, quand Pierre Jacky m’a appelé cet été pour me proposer cette fonction, je n’ai pas longtemps hésité. C’est une réelle fierté de pouvoir intervenir et accompagner cette sélection. D’un point de vue plus personnel, c’est surtout une possibilité supplémentaire de continuer ma formation et de me perfectionner. Forcément cela impliquait une validation de la part d’Arsène car cette mission va me prendre un peu temps. J’en profite pour le remercier de la relation de confiance que nous avons au même titre que celle avec Christian Scheiwe, le président de la CTJ.

Quelles sont tes attentes en prenant cette fonction ?
Honnêtement, je n’ai pas d’attente particulière si ce n’est être efficace dans la mission que l’on m’a confiée. Donc, au même titre que l’ensemble du staff, permettre à nos jeunes d’être dans les meilleures conditions pour performer sur chaque rassemblement. Sachant que cette année, l’objectif est de se qualifier pour le prochain Euro U19 qui se déroulera à Jaen, en Espagne, en septembre 2022.

« JE SUIS LE PETIT NOUVEAU CAR LE RESTE DE L’EQUIPE EST EN PLACE DEPUIS QUELQUES ANNEES… »

Quelles sont tes missions auprès de Clément Lerebours, le sélectionneur ?
J’intègre le staff en qualité d’adjoint. Je suis le petit nouveau car le reste de l’équipe est en place depuis quelques années. Clément était l’adjoint de Raphaël Reynaud*, Fabrice Morel est l’adjoint responsable des gardiens, Philippe Lafrique notre chef de délégation, Serge Coustillas le Doc, Christophe Lecoeur le kiné et Sébastien Pires le Team Manager. Nous sommes donc bien organisés. Pour répondre à ta question, Clément souhaite que j’ai un regard global sur notre animation, notamment sur les temps de match. Mais surtout, que je puisse lui apporter des éléments sur nos adversaires. De manière générale, il nous sollicite sur de nombreux aspects car être dans la concertation est son mode de fonctionnement. C’est vraiment très appréciable de travailler avec ce staff. J’ai découvert un super climat de travail et de belles personnes 

Quelle est ta vision du futsal en France et du système fédéral de formation ?
Je le vois évoluer chaque année depuis dix ans. La fédération a à cœur de devenir une nation forte sur les prochaines années. La création du pôle France il y a trois ans en est un vrai symbole. Le championnat de D1 est de plus en plus attractif et il va continuer de progresser. Les clubs se structurent dans leur organisation et également chez les jeunes. Le statut du joueur devrait évoluer et venir consolider cette dynamique. On sent un intérêt grandissant à tous les niveaux. De nombreux clubs ouvrent des sections. On le voit notamment avec certains clubs professionnels. L’OL chez nous mais pas que, puisque Valenciennes, Strasbourg, Ajaccio et d’autres ont franchi le pas. Certains clubs pros et amateurs, à l’instar des sud-américains, commencent à intégrer des séances de Futsal dans la formation des footballeurs.

« J’AI LE SENTIMENT QUE NOUS SOMMES DANS LE VRAI DANS LE RHONE… »

Tu as participé à un premier rassemblement. Quelles ont été tes impressions ?
J’ai trouvé un groupe qualitatif, à l’écoute et soucieux de progresser avec des jeunes qui aiment et sont fiers de porter ce maillot. Et qui le montrent sur le terrain. Ce rassemblement m’a également conforté dans les propos que j’évoquais plus haut. La fédération est dans le vrai et on peut se montrer optimiste quant à l’avenir du futsal en France.

Comment situes-tu notre district dans ce contexte ?
J’ai le sentiment que nous sommes dans le vrai également. Nous, district et clubs, avons fait le choix d’investir sur la jeunesse en offrant une pratique continue dès les U7 afin de ré-inverser la pyramide des licenciés et que la masse soit au niveau de nos jeunes. Dans le même temps, nos clubs sont partis dans une dynamique de formation de leurs éducateurs avec toutes les saisons, depuis cinq, ans une trentaine de stagiaires formés, en plus de la démarche de structuration avec huit clubs labellisés. Nous avons créé une section d’excellence sportive départementale en partenariat avec les lycées Edouard Branly, ICOF et notre Dame des Minimes afin de proposer des conditions d’entraînement intéressantes pour une vingtaine de jeunes évoluant dans nos clubs phares. Nous avons également quatre terrains extérieurs de futsal sur le département, plein de beaux projets et challenges. Il ne manque plus qu’un club nous représentant au plus haut niveau de l’élite. Mais je suis persuadé que ça va arriver prochainement.

Propos recueillis par Denis Dupont 

Benoit SUBRIN
Né le 29/03/83 à Lyon 3
Job : Conseiller Technique Départemental (Plan de Performance Fédéral)
Parcours Foot : Pôle Espoirs Vichy, Centre de Formation ASSE, Ipswich Town (1 an) MDA Foot
Parcours éducateur : MDA Foot, District de Lyon et du Rhône

Par Erika Gimenez

Articles les plus lus dans cette catégorie