Football loisir – Et si on pensait à s’amuser ?

Publié le 01/10/2020

PARCE QUE LES MŒURS ET LES MODES DE CONSOMMATION ÉVOLUENT, LE FOOTBALL DOIT DIVERSIFIER SON OFFRE POUR S’ADAPTER…
C’EST POURQUOI LE DISTRICT DE LYON ET DU RHÔNE A DÉCIDÉ DE RELAYER FORTEMENT LA POLITIQUE DE DIVERSIFICATION DES PRATIQUES INITIÉE  PAR LA FFF.
JÉRÔME HERNANDEZ, EN CHARGE DU DOSSIER, PARLE DE CES ÉVOLUTIONS ET DE LEURS MISES EN PLACE.

LE CONTEXTE – Accueillir plus en répondant aux attentes de tous.
Le foot loisir est très ancré chez les adultes dans le District de Lyon et du Rhône, avec environ cent-cinquante équipes qui pratiquent en semaine, à 8 ou à 11. Cependant, une petite baisse du nombre de licenciés loisirs est constatée. Plus inquiétante encore est la baisse de licenciés en seniors libres. En résumé, il y a de moins en moins d’adultes qui pratiquent le football aujourd’hui.
Le district, avec l’appui de la FFF, souhaite diversifier son offre de pratique, pour mieux répondre aux nouvelles attentes. Le constat est similaire pour les ados. Il est donc nécessaire d’avoir une réflexion. Concernant les plus jeunes, le constat diffère un peu. Il y a de très nombreux enfants déçus car ils ne trouvent pas de club. Il faut donc trouver une réponse pour permettre aux clubs d’accueillir plus tout en répondant aux attentes de tous. Il y a les passionnés qui souhaitent jouer régulièrement et progresser. Mais il y a aussi ceux qui souhaitent juste jouer au foot avec les copains de temps en temps. Un engagement moins régulier et moins compétitif qui plait aussi à de nombreux parents. 

POURQUOI DEVELOPPER LE FOOT LOISIR – Accueillir plus et accueillir mieux.
Pour répondre au contexte actuel, aux attentes nouvelles dans un monde qui évolue. La réponse du District doit être « pour tous les publics et tous les goûts … »
Le football reste très populaire. Certains publics sont cependant un peu laissés de côté, notamment les plus de 45 ans et les pratiquants occasionnels. Le football traditionnel et de compétition a encore de beaux jours devant lui, bien sûr. Mais, s’ouvrir à des pratiques différentes et plus adaptées doit être un axe prioritaire de développement pour un District comme celui de Lyon et du Rhône, qui sera force de proposition pour aider les clubs à créer ces nouvelles sections loisirs, ou plutôt diversifiées. D’autant que chez les jeunes, les groupes trop hétérogènes en termes de niveau et d’engagement sont parfois difficiles à gérer au quotidien. Les clubs ont tout à y gagner : accueillir plus et accueillir mieux.

ACTIONS 2019-2020 – Bien parties, pas arrivées.
La saison dernière a été celle du lancement de la Pratique Loisir Jeunes. Le District avait proposé un calendrier pour les clubs qui accueillaient des enfants (de U9 à U13) sous un format plus loisir. L’idée était de proposer des évènements ludiques (Foot5, Beach Soccer, Futnet…) et de les aider à se rencontrer durant la saison. Huit clubs étaient inscrits et douze équipes ont participé à une après-midi Foot5 à l’Urban Soccer de Parilly. D’autres évènements étaient prévus mais n’ont pu se tenir en raison de la crise sanitaire. Ça ne sera que partie remise pour cette saison.
De plus, une campagne de dotation pour les sections loisir a été initiée par la FFF la saison dernière. Le Covid -encore lui- a ralenti l’acheminement des dotations. Mais soixante-neuf clubs en ont profité. La saison prochaine les nouvelles sections ou celles qui n’ont pu en profiter cette saison seront à leur tour dotées. 

NOUVEAUTES 2020-2021 : des challenges pour les ados, le foot en marchant à découvrir
La première nouveauté sera la création d’un Challenge Ados (U15 et U18) avec une pratique de foot à 8. L’idée sera de proposer une quinzaine de dates dans la saison en alternant une pratique extérieure, en salle et des évènements pour découvrir les nouvelles pratiques (foot golf, beach-soccer, futnet, foot5…). Les sections loisirs seront intéressées. Mais cette formule sera aussi une alternative pour les clubs en manque d’effectif. Quoi de mieux pour garder ses licenciés que leur proposer un calendrier ludique et varié, avec tout de même « un peu » de compétition.
Ensuite, un calendrier d’évènements sera proposé pour les adultes avec trois dates de futnet, deux de foot en salle, deux de foot en marchant et une de foot golf. L’idée est de faire découvrir ces pratiques et selon l’engouement, imaginer la création de critériums à moyen terme. Petit focus sur le Foot en marchant qui peut être une pratique d’avenir. Quoi de mieux que de retrouver le plaisir de taper dans un ballon sans contrainte physique. Enfin, la création de terrains de Foot5 extérieurs au sein des complexes sportifs des clubs est un axe de développement important pour la pratique loisir. Un coût moindre pour un terrain accessible à tous les publics. Les aides FAFA vont dans ce sens en subventionnant à hauteur 30 000 euros.

LES OBJECTIFS : cap à 3000
Espérons déjà que la saison puisse se dérouler normalement. Si tel est le cas, que les actions entreprises suscitent l’intérêt des clubs et des pratiquants pour imaginer en 2021-2022 la création de critériums futnet, foot en marchant et foot5.
Ensuite un des objectifs « chiffré » serait de réduire la baisse des pratiquants adultes et adolescents. Il y a aujourd’hui 2500 licenciés loisir dans le District de Lyon et du Rhône. Il ne semble pas utopique de viser la barre des 3000 à moyen terme. Enfin, si d’ici 2024, une dizaine de terrains extérieurs de foot5 voyait le jour, de belles choses seraient à imaginer pour les nouvelles pratiques.  

Denis DUPONT

Par Erika Gimenez

Articles les plus lus dans cette catégorie