COMMISSION FÉMININE – LYDIE DI RIENZO : « TRÈS FIÈRE DE PARTICIPER À CETTE ÉVOLUTION… »

Publié le 19/05/2021

COMMISSION FÉMININE – LYDIE DI RIENZO : « TRÈS FIÈRE DE PARTICIPER À CETTE ÉVOLUTION… »

ARRIVÉE AU DISTRICT EN 2010 ET ENTRÉE AU COMITÉ DIRECTEUR EN 2018, LYDIE DI RIENZO SUCCÈDE À MYLÈNE CHAUVOT À LA TÊTE DE LA COMMISSION FÉMININE ET DE LA FÉMINISATION.
ENTRETIEN…

Lydie, tu viens de prendre la présidence de la commission féminine et de la féminisation (CFF) en succession de Mylène Chauvot. Comment se sont faites les choses ?
Elles se sont faites très naturellement si j’ose dire. Mylène prenant la vice-présidence du District et étant moi-même membre de la Commission depuis une dizaine d’année, le Comité Directeur, dont je suis membre, m’a demandé de prendre la relève. Ce que j’ai accepté en toute humilité. Je suis par ailleurs dirigeante à l’Olympique Rillieux. Cette double casquette me permet d’avoir une vision globale sur les sujets stratégiques mais aussi sur la réalité des clubs.

D’où te vient cet amour du foot ?
C’est ma maman qui m’a transmis la passion du football. Il m’a donc été très facile de jouer au foot avec mes copains jusqu’à l’entrée au collège, sans me poser la question de savoir si c’était un sport de filles ou de garçons. Pour moi jouer au football était naturel, même si j’étais souvent la seule fille du groupe. Ensuite, je suis passée à d’autres sports car il n’y avait pas de section féminine dans mon village. Devenue adulte, j’ai gardé le contact avec les terrains car mes trois garçons ont longtemps joué aux football. Ils ont maintenant plus de 30 ans et pratiquent encore. J’aime le Sport et particulièrement le football car c’est une activité populaire qui rassemble toutes les couches sociales, un sport complet qui demande de l’adresse technique mais aussi de l’intelligence individuelle et collective, qui procure tant d’émotions, de compassion et de plaisir.

« UNE PRISE DE CONSCIENCE EST AMORCÉE AUPRÈS DES PARENTS QUI ACCEPTENT UN PEU PLUS AUJOURD’HUI D’INSCRIRE LEURS FILLES… »

Comment es-tu arrivée au DLR ?
En 2010, je souhaitais m’investir pour développer le football féminin. Je me suis donc manifestée dans le cadre de la campagne « Mesdames Franchissez la Barrière » organisée par la FFF. Ma candidature a été relayée au DLR, qui m’a proposé d’intégrer la Commission féminine auprès de Mylène Chauvot. Ce que j’ai accepté avec grand plaisir.

Et ta vision plus personnelle de la place des femmes dans le football ?
En étant au DLR depuis une dizaine d’année, j’ai pu constater l’ascension du football féminin en terme de nombre de licenciées  Les choses évoluent petit à petit et une prise de conscience est amorcée tant auprès des parents qui acceptent un peu plus aujourd’hui d’inscrire leurs filles sur cette discipline, que dans les clubs qui se structurent grâce aux actions telles que le Label et l’Ecole du foot féminin. Les femmes ont aussi un rôle à jouer sur les autres représentations du football (éducatrices, dirigeantes, arbitres, Présidente, déléguées). Je les encourage à franchir la barrière.

Le District de Lyon et du Rhône est déjà le premier du pays en nombre de licenciées. Que t’inspire ce fait ?
Le DLR est effectivement très bien placé en nombre de licenciées. Mais être le premier District n’est pas une fin en soi, même si nous sommes très fiers de cette situation. C’est le fruit d’un travail collectif DLR/Clubs qui ont su s’engager très tôt sur la féminisation. La médiatisation de l’OL féminin est aussi un coup de pouce remarquable. Il faut également mettre en avant tout le travail de Mylène Chauvot depuis son arrivée en 1989 et des équipes du DLR qui ont su structurer des actions et fédérer les clubs autour du football féminin. Je prends pour exemple le « Challenge Passion » mis en place il y a une dizaine d’années qui permet aux jeunes filles de se retrouver sur des plateaux quatre fois dans l’année. C’est un réel succès qui rassemble plus de 200 joueuses sur cet évènement connu et reconnu dans le paysage du football féminin départemental.

« ALLER PLUS LOIN, C’EST AUSSI CONTINUER DE TRAVAILLER AVEC LES CLUBS… »

Dans ces conditions, que faut-il faire pour aller encore plus loin ?
Aller plus loin, c’est d’une part continuer les actions engagées par la CFF et en imaginer de nouvelles à destination des dirigeantes de club, des arbitres féminines, des éducatrices et des déléguées. Aller plus loin, c’est aussi continuer de travailler avec les clubs pour capitaliser les bonnes expériences, échanger sur les difficultés, mutualiser et fédérer autour de la pratique et aussi communiquer sur les actions locales engagées.

Le mot de la fin pour toi…
Une prise de conscience est amorcée et de plus en plus de clubs s’organisent. Cela démontre l’engouement pour le football féminin. Je suis très fière de participer à cette évolution, en sachant qu’il reste un gros travail à faire pour avancer sur le sujet de la féminisation, notamment au niveau des instances dirigeantes.

Propos recueillis par Denis Dupont

Lydie DI RIENZO
Née le 27/10/1962 à Lyon 4ème
Job : Ingénieure territorial
Parcours foot : joueuse loisir (enfant). Dirigeante à l’Olympique Rillieux depuis 4 ans. Entrée au DLR en 2010. Membre du Comité directeur depuis 2018.

 

 

Par Anne Lise RICHARD

Articles les plus lus dans cette catégorie