ARSÈNE MEYER : « LE FOOTBALL AMATEUR EST PLUS SOLIDAIRE QU’IL N’Y PARAIT… »

Publié le 11/12/2019

LE DISTRICT DE LYON ET DU RHÔNE A OFFICIELLEMENT CHANGÉ DE PRÉSIDENT SAMEDI MATIN LORS DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE D’HIVER QUI S’EST TENUE À FRANCHEVILLE.
ARSÈNE MEYER, QUI SUCCÈDE DONC À PASCAL PARENT, LIVRE SES PREMIÈRES IMPRESSIONS…

Arsène, tu as été élu samedi matin neuvième président du district de Lyon et du Rhône. Quels ont été tes premiers sentiments à l’annonce du résultat ?
J’ai effectivement été élu samedi matin comme étant le neuvième président du district. Ceci prouve déjà qu’au sein de cette institution, les présidents s’inscrivent dans la durée. Ce qui permet de la stabiliser. J’étais ému au moment de l’annonce du résultat car les clubs me font confiance et c’est ce qui compte le plus pour moi.

Au-delà de ton élection, c’est le pourcentage qui interpelle avec 96,4% des suffrages exprimés. Comment interprètes tu ce que l’on peut appeler un plébiscite ?
C’est vrai 96.4 % des voix cela interpelle. Et je dois dire que cela m’a sidéré. La veille de l’élection, je m’imaginais obtenir entre 80 et 85% dans le meilleur des cas. Alors, dès que j’ai entendu le chiffre… je n’en revenais pas. Ceci dit, plusieurs présidents de club m’ont dit qu’ils reconnaissaient le travail que j’avais fait jusqu’à ce jour et que cette élection était méritée.

Plus globalement, comment juges tu le déroulement de cette Assemblée Générale d’hiver ?
Cette AG m’a beaucoup plu, au-delà de mon élection, car je l’ai trouvé très humaine. Il y avait de l’émotion, notamment dans le discours de Pascal Parent, ainsi que lors de la remise de la médaille Grand OR à Bernard Barbet. Nous avons bouclé l’AG avant midi, soit en moins de trois heures, tout en assurant le vote, la pause, en traitant tous les sujets et en s’offrant des moments inoubliables…

« MES PREMIERES ACTIONS IRONT VERS LES CLUBS… »

Peux-tu nous définir ta vision du monde associatif en général et ta vision de la mission du district vis-à-vis des clubs ?
Notre association gère environ 300 clubs et 56000 licenciés. Ce n’est pas rien. Nous avons treize salariés et des obligations envers nos clubs. Nous sommes un peu comme une entreprise de services. Ceci étant, le foot est le sport numéro un et nous sommes systématiquement sous le feu des projecteurs. Rien ne nous est pardonné. La violence, le racisme, l’ostracisme, sont des sujets que nous affrontons tous les jours. Notre football se joue partout. Il est autant dans le milieu rural que dans les zones difficiles. Nous devons être attentifs tous les jours pour protéger notre jeu et devons continuer à progresser et être imaginatif.

Quelles seront tes première actions de président ?
Mes premières actions iront vers les clubs. Je veux les rencontrer rapidement, en principe vers février-mars. Je compte organiser des réunions de secteur avec entre huit à dix clubs au maximum pour échanger sur tous les problèmes. Je sais par exemple depuis longtemps que les budgets sont terriblement difficiles à boucler. Il ne faut fuir aucune question et oser parler de tout ce qui peut être amélioré.

Le mot de la fin pour toi…
Je sais que je peux compter sur mes collègues du Comité Directeur du DLR, sur le personnel, sur les familles du football. Contrairement à une idée reçue, le football amateur est bien plus solidaire qu’il n’y parait. Je suis souvent étonné par la formidable capacité de réaction des clubs devant un problème. Et c’est ça qui alimente ma motivation de tous les jours.

Propos recueillis par Denis Dupont

RETROUVEZ L’ALBUM PHOTO DE L’ASSEMBLEE GENERALE SUR NOTRE PAGE FACEBOOK…

Arsène MEYER
Né le
2 juillet 54 à Bitche (Moselle)
Job :
directeur établissement financier
Parcours joueur :
jeune en Lorraine puis senior en Basse Normandie
Parcours dirigeant :
président de club de 1990 à 1995, entrée au DLR en 1990, au comité directeur depuis 1996

Par Erika Gimenez

Articles les plus lus dans cette catégorie